hackers

Puisque tout le monde s'exprime sur les réseaux sociaux (RS) sans qu'il n'y ait aucune censure,

Pour tous ceux qui doutent qu’en France on vive en Démocratie, cette liberté en est un démenti sûr.

Ce qui m'inquiète, ce n'est pas que tout le monde puisse s'y exprimer, même mal. Au contraire.

Ce qui alerte, c'est la crédibilité donnée à des informations qui y sont véhiculées de façon arbitraire.

Que n’importe qui puisse écrire n’importe quoi en toute impunité, sur les RS, n’est pas une affaire,

Ce qui est inquiétant, c’est que chacun finisse par croire et faire croire, qu’en tout, il est expert,

Et que pour parvenir à en donner l’illusion, il publie des infos, sans souci des mensonges qui les altère.

Tout est devenu bon, à l’abri de l’écran, pour exister, manipuler, orienter, faire croire, désinformer.

Bien sûr, sur les RS, on peut encore, comme au début, échanger, débattre, informer avec honnêteté,

Mais le bonheur avec lequel les fausses infos font mouche aujourd’hui dans l’esprit des plus crédules

Démontre que l’exploitation qui est faite des RS est bien infectée du poison de ceux qui manipulent.

Il y a cinq ans, j’ai écrit : « Les RS sont entrés dans la vie et n’excluent rien. Cependant, n’oublions pas

Que ce ne sont que des outils, des supports et ils ne deviendront que ce que l’être humain voudra ».

 

En effet, les outils ne sont jamais dangereux par nature. C’est l’utilisation que l’homme en fait

Qui fait qu’ils deviennent pour l’Humanité et son avenir, de terribles poisons ou de doux bienfaits.

Certains utilisateurs, plus minoritaires cependant, restent au service de la solidarité, de l’amitié.

Et les RS sont effectivement devenus de bons moyens, certes encore maladroits, pour se rassembler

Et contester des autorités qui, parfois, s’écartent des avis, de la vie, et des aspirations des peuples.

Mais, en quelques années, Les RS ont bien changé. Leur puissance a séduit les empoisonneurs,

Qu’ils soient particuliers, communautés, états. Tous y ont trouvé un véhicule pour leurs horreurs.

Seules quelques années auront suffi pour que des hommes usent des RS au profit d’obscurs intérêts.

Et il est maintenant certain que les réseaux sont largement infectés par des intérêts malintentionnés.

Il est clair, que des manipulations politiques, nationales et étrangères, s’y sont amplement installées.

Puisque personne ne régule l’information y circulant, les RS sont devenus un nid de fausses vérités

Que les plus vulnérables utilisateurs reçoivent sans être capables de trier le bon grain de l’ivraie.

 

L’utilisation des RS ne fait pas que perturber ou induire en erreur leurs seuls et fidèles abonnés,

La puissance de ces médias a également déstabilisé la fiabilité de l’information vérifiée et organisée.

La vitesse de circulation des infos (vraies ou fausses) sur les RS a perturbé nos médias traditionnels

Qui se sont mis, peu à peu, à vouloir courir aussi vite que ces nouveaux médias vivant en parallèle.

Si on ajoute cette nouvelle concurrence à celle déjà existante, c'est-à-dire la multiplicité des médias

Engagés dans une folle course quotidienne à la captation d’audience, mesurée par le dieu Audimat,

On comprend pourquoi le journalisme déontologique s’efface peu à peu au profit d’un métier

Où l’opportunisme et la vitesse de travail prennent le pas sur l’objectivité et l’information validée.

 

Faut-il être optimiste ou craindre, pour la démocratie, ces empoisonnements inquiétants sur les RS ?

Par leur accès facile et universel, les RS peuvent certes amplifier le pouvoir des peuples

Mais cette utilisation doit être respectueuse de la démocratie, réclamant davantage de raison.

Or, on peut constater aujourd’hui, sur les RS, que les utilisateurs sont plutôt guidés par leurs émotions:

Colère, susceptibilité, rancune, parti pris, jugements hâtifs…. Les messages en regorgent à foison.

Et c’est parce qu’ils savent que la majorité des utilisateurs s’exprime et échange en excluant la raison

Que les manipulateurs, fabricants d’infox, parviennent à convaincre ces derniers, plus influençables.

 

Avant même que nos démocraties n’existent, Spinoza, philosophe du XVIIe siècle, prévenait déjà que

«Les démocraties favorisant les émotions, ouvriront la porte aux dictateurs et aux démagogues».

Au travers de l’utilisation des RS, nous pouvons être abusés par ces escrocs dépourvus de valeurs

Mais, à chacun d’entre nous, il incombe une responsabilité, en privilégiant la raison et le respect.

 

Pour mémoire, le texte sur les réseaux sociaux, que j'ai écrit il y a 5 ans:

http://videgrenierecrit.canalblog.com/archives/2014/04/01/29571011.html

 

Roland Vannier

Perpignan le 3 février 2019