info froissée 4

 

Au Commencement, était le parchemin, l’encre et puis le papier.

L’information abreuvait toujours et encore les mêmes privilégiés

Qui détenaient alors le pouvoir, en tenant le Peuple bien à l’écart.

Avec l’imprimerie de M. Gutenberg, l’info prit un autre départ.

 

L’information pour tous devint accessible en restant fiable.

Chaque émetteur le faisait avec ses croyances et son vocable,

Mais la plupart obéissait à une déontologie respectable…

Et les valeurs morales étaient encore, pour la plupart, écoutables.

                                              

Puis débarqua l’info audiovisuelle, d’abord cadrée puis émancipée.

Radios et télés d’Etat puis radios et TV libres, comme un progrès.

 

Avec l’audiovisuel, l’info s’est libérée mais aussi appauvrie.

Les spectateurs fascinés par la petite lucarne se voulant si jolie,

Restaient captifs et hypnotisés par des émetteurs d’influence.

Scotchés sur leur canapé, ils n’avaient pas le droit à la danse.

 

Mais soudain, avec la Toile, apparurent les réseaux sociaux.

Espoir de démocratisation mais aussi risque d’appauvrissement…

 

De l’info subie, on est brusquement passé à l’info interactive.

Chacun, sur cette terre, peut maintenant diffuser ses infos hâtives.

Tout le monde peut informer sans contrôle, sans déontologie.

L’information est entrée, pour l’instant, dans l’ère de l’anarchie.

 

Aujourd’hui, plus que jamais, l’information est incertaine.

La démocratisation des médias fait que n’importe qui dégaine

Ses affirmations non vérifiées, fantasmées ou mal intentionnées.

Plus aucune déontologie ne garantit d’être honnêtement informé.

 

Quant aux médias traditionnels, se considérant menacés

Par la vitesse de diffusion d’info non contrôlée des réseaux,

Ils sont eux-mêmes, entrés dans une accélération de la diffusion,

Les amenant à sacrifier contrôles, déontologie et pondération.

 

Ces médias officiels, en se décrédibilisant, deviennent les cibles

Des populistes de tout poil, de tous côtés de l’échiquier politique.

Les colères de certains politiciens laissent place à d’indignes hystéries,

Au mensonge, aux invectives, aux insultes, et à la calomnie.

 

Ne sachant pas trier l'essentiel de l'accessoire, le vrai du faux,

Le Peuple reçoit en pleine face une masse considérable d’infos :

Des vérifiées, des falsifiées, des honnêtes, des maléfiques.

Les citoyens sont submergés par la surabondance médiatique.

 

Alors, quand on ne comprend plus rien, on se tourne vers le simplisme.

Sur les réseaux sociaux, Mr ToutLeMonde entre en « journalisme ».

Connaisseur ou pas, il se laisse griser et s’autoproclame expert en tout.

Pour lui, sa  parole vaut toutes les paroles. Il devient un savant fou.

 

Prenant exemple sur certains politiciens, indignes et malapris,

Insultes, fake news, mensonges, messages de haine se multiplient.

 

L’accès interactif de tous à l’information est et sera un progrès démocratique

A condition de positionner le rôle de chaque média sur la scène publique,

A condition qu’on édicte, pour tous, des règles de transparence et de respect.

A condition, enfin, qu’on fasse reculer l’ignorance et qu'on retrouve la dignité.

 

 

Roland Vannier

Perpignan le 27 octobre 2018