neige village

 

La neige ne pratique pas la peinture

Mais ose, en noir et blanc, la sculpture.

Elle ne s’exprime pas par les couleurs.

Par modelage, elle façonne ses splendeurs.

 

De là-haut, elle voit la ville grise et grelottante

De la menace nuageuse qui la hante.

Elle lui promet de nouvelles formes séduisantes….

D'abord, elle ordonne le silence et la lenteur pesante….

 

Elle sait se faire désirer par les enfants

Les yeux rivés à la fenêtre, impatients…

L'avant-garde de ses minuscules flocons virevolte.

« Trop petits ! » disent les enfants en révolte.

 

Et puis, sans avertir, la ouate difforme grossit,

Envahissant le ciel d’un ballet donnant le tournis.

La neige prend tout son temps pour venir se poser,

Changer, caresser, modeler des formes enchantées.

 

Elle a appris la lenteur et le respect du temps.

Elle apporte un peu de calme à notre monde bruyant

Qui court sans cesse dans l'illusion d'être performant.

Elle, elle promet douceur et sérénité pour quelque temps.

 

Le temps et la neige font leur œuvre en silence…

Les flocons ne tombent pas. Ils dansent.

Les silhouettes urbaines, grisâtres, s’illuminent,

Le blanc immaculé leur donne bonne mine.

 

Maisons et immeubles prennent des allures joyeuses,

Parcs et jardins se vêtent de parures flatteuses.

Ces formes, cette lenteur et ce silence...

Ne sont-ils la madeleine de notre enfance ?...

 

Roland Vannier

Clermont Ferrand le 5 février 2018