peinture écriture 3

 

 

Je voudrais écrire comme je peins,

Sans réfléchir. Comme ça, d’instinct.

Caresser le papier comme une toile,

Sur des drapés éclairés par les étoiles.

J’aimerais écrire sans avoir à passer

Par les filtres déformants de la pensée.

J’aimerais laisser aller mes émotions

Embrasser elles-mêmes le vélin avec passion.

 

Mais aussi….

 

…. Je voudrais tant peindre l’écriture…

Mais avec quelles formes, couleurs, textures ?

La peinture peut-elle exprimer la littérature ?

Je veux peindre le langage sans qu’il ne se dénature,

Avec des pinceaux et couteaux qualificatifs,

Avec des couleurs aux noms démonstratifs.

Parvenir à fondre à l’infini des verbes infinitifs.

Esquisser l’horizon pour des pronoms trop possessifs.

 

Je sais.

 Langage et peinture ne sont que représentation

De ce que nous recevons de la réalité et de nos émotions.

Je sais.

 Le mouvement du corps est un meilleur traducteur

De ce que nous ressentons au fond du cœur.

 

Qu’importe ! Tant que l’art et la pensée

Resteront,  pour les civilisations, des phares éclairés,

Les mots et les couleurs seront témoins de l’Humanité

De son génie, de ses forces mais aussi de sa fragilité.

 

Roland Vannier

Toulouges le 12 août 2017