Comportement-en-famille-La-violence-chez-les-ados (1)

 

 

C’est un monde où l’apparence compte plus que le cœur,

Un monde où la façade supplante l’intérieur.

C’est un univers d’images en matière plastique.

Superficiel, illusoire, mercantile et cynique.

 

C’est de ce modèle, de ce monde référent

Dont se nourrissent aujourd’hui nos enfants.

C’est dans cette société mondialisée et hyper-connectée

Que les Parents éduquent-ou non- leurs enfants.

 

Je suis convaincu que ce n’était pas mieux avant !...

Je laisse cette pensée à ceux restés figés dans leur temps,

Ceux-là incapables de se réjouir du bonheur des autres.

Ceux qui vénèrent leur passé en bien tristes apôtres.

 

Les générations précédentes ont certes connu des atrocités,

Les guerres, la soumission, la censure, la pauvreté.

 

A cette époque, enfants et adolescents n’existaient pas.

Ignorés, méprisés, parfois battus, dépouillés de tout droit.

Aujourd’hui, trône au centre de chaque famille : « l’enfant roi » !

Hier méprisé. Aujourd’hui déifié, il y fait régner sa loi.

 

Depuis toujours, la majorité de l’humanité s’est laissé porter.

Aujourd’hui comme hier ou avant-hier. Depuis l’éternité.

Mais aujourd’hui, plus qu’avant, la clé est l’implication de chacun.

Il nous faut, à nous adultes, avoir le courage de nous prendre en main.

 

Cessons d’attendre illusoires personnages ou solutions providentielles.

Car ce n’est que par nous, parents et citoyens, que la vie peut être belle.

 

Ce sont eux, nos enfants, qui vont construire demain.

Tout petits ils ont encore besoin d’être pris par la main.

Ils ont certes besoin d’être aimés, mais aussi d’aimer et respecter.

Aimons-les, récompensons-les… mais cessons de les aduler.

 

Pour transmettre, encore faut-il avoir soi-même le savoir,

Et pour donner envie, encore faut-il soi-même y croire.

Il nous faut cesser de reporter la responsabilité sur les institutions.

Nous aurons, nous parents, les enfants que nous méritons.

 

Saurons-nous, voudrons-nous sortir de l’individualisme forcené ?

Aurons nous l’humilité d’apprendre et le courage d’assumer 

Les fautes et responsabilités que nous reportons sur les autres ?

Il en va pour nos enfants d’un avenir sombre ou éclairé.

 

Car nous n’avons aucune excuse…. « C’est la faute des technologies !

La faute d’internet ! La faute de l’école ! »… Et quoi encore ?

Les outils ne sont pas en soi dangereux, seul l’usage qu’on en fait l’est.

L’école ne peut pas éduquer si les parents ne sont pas des modèles.

 

Dans ce contexte où tant de gens ignorants se sentent, en tout, des experts

Et recherchent sans cesse ailleurs, chez les autres, des boucs émissaires,

Il est temps de prendre en compte notre propre part de responsabilité.

Il est urgent de reprendre le temps de transmettre l’amour et le  respect.

 

Ce nouveau monde, nos enfants en feront des merveilles. J’ai confiance,

Si nous, parents, réapprenons et transmettons respect et tolérance.

 

Roland Vannier

Toulouges le 1er janvier 2017